Voix et voies - Fausse note

De la poésie à la chanson, il n'y a qu'un pas, qu'une voie, qu'une voix : la mienne...


En quelques années, ce sont pas loin d'une trentaine de chansons que j'ai écrites, souvent sur un air original, parfois sur un air connu, mais chantées ici a cappella faute de talent d'instrumentiste. Avis aux amateurs !


N.B. : pensez à mettre le son ! L'article comprend les enregistrements vidéos et les paroles. Pour un chargement allégé des seuls morceaux audio, consultez la playlist ! (les derniers morceaux figurant dans cet article n'y figurent pas encore)

Voix et voies

Donnez-moi le la !

C'est en promenant mon chien que, après avoir écouté des romans audio et écrit des poèmes, je me suis mis à chansonner, faisant ainsi le lien avec des pastiches réalisés pendant mon adolescence.


S'ensuivent jusqu'à aujourd'hui des chansons engagées, humoristiques ou sentimentales que j'enregistre ici pour donner humblement l'apparence d'une chanson à ces textes faits pour être chantés. Rares sont ceux à bénéficier d'un accompagnement sonore et j'ai fait quelques expérimentations, mais tout cela reste terriblement amateur tant que je n'ai pas de vrais musiciens pour sublimer mes textes... Avis aux bonnes volontés !




Fausse note est un pastiche de Trois petites notes de musique d'Yves Montand, découverte dans une chorale à laquelle j'ai participé, et qui m'a fait me confronter au cliché du couple hétéro et, par ricochet, à l’intolérance homophobe.

VIDÉO A VENIR

(C'est vachement dur à chanter,

vu ma tessiture !)

S'ils pouvaient te voir ainsi Que je te vois d'ici Du fond de mon amour À travers mes yeux transis La vie qui nous sourit Le retour des beaux jours Ils verraient que ça n'est pas Du tout ce que l'on croit Quand on nous voit ensemble Qu'il n'y a pas de faux pas Que nos coeurs vont tout droit Surtout quand nos corps tremblent

Mais ce qu'ils voient à la place C'est de l'horreur qui nous glace Eux, ils voudraient oublier Comme l'on peut s'aimer Quand on s'aime vraiment Nous, nous n'oublierons jamais Leurs regards dégoûtés Quand on marche en amants

Oui quand je te tiens la main Qu'on parcourt les chemins Dans le chant du printemps Que nos coeurs chantent sereins Les espoirs en demain Comme de doux enfants Ma tête sur ton épaule Et nos lèvres s'affolent Et nos coeurs papillonnent Nos deux rires s'envolent Vers les cieux batifolent Et nos rêves bourgeonnent

Mais ce qu'ils voient à la place C'est de l'horreur qui nous glace Eux, ils voudraient oublier Comme l'on peut s'aimer Quand on s'aime vraiment Nous, nous n'oublierons jamais Leurs regards dégoûtés Quand on marche en amants

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square