A l'envers !

Certains moments sont un terminus de nos vies et l'on voudrait faire le chemin à l'envers...


Ceci est un exercice de style proposé sur un groupe Facebook de Wattpad par une camarade d’écriture début 2018. Il s’agissait d’écrire anachroniquement un récit. Il n’en fallait pas plus pour me lancer !

A l'envers !

Si l'on pouvait recommencer...

Je suis seul désormais.

Elle disparaît au loin dans le soleil couchant tandis que ma tête résonne encore du choc de sa gifle.

Elle se retourne pour la dernière fois pour me lancer un regard furieux et méprisant tandis que j'effleure du bout des doigts ma joue où je sens encore, cuisant, le contact de sa main. Elle me regarde droit dans les yeux avec un dégoût que je ne lui ai jamais vu avant de me tourner le dos pour partir. J'encaisse la violence du coup sans broncher : je l'ai mérité.

Sa main claque sur mon visage avec force, soudaine, nécessaire, et elle demeure tremblante de rage face à moi. Je plante mes yeux dans les siens pour ne pas baisser la tête, attendant sa réaction, espérant y survivre.

Ça y est, c'est dit. Je me tais.

Elle me fixe, les pupilles dilatées par l'horreur tandis que j'avoue tout, soulagé comme un criminel qui passe aux aveux et sait que son exécution va le libérer de la culpabilité. Les mots sortent comme un flot monstrueux s'échappe d'un barrage brisé. Je ne peux plus garder ça pour moi. Il faut que je parle.

Je l'aime tellement ! Elle ne mérite pas ça !

Son grand sourire rayonne atrocement sur ma honte. Qu'est-ce que je l'aime !

La perte de ses lèvres si douces sur les miennes me fend le cœur car je comprends que c'est notre dernier baiser. Je la salue d'un geste maladroit de la main et elle plaque sa bouche contre la mienne tandis que mes yeux se ferment.

Elle arrive.

Je vais devoir lui parler. Je le lui dois. Elle doit savoir. Ça doit s'arrêter.

Je vais lui dire que je l'ai trompée. Avec une collègue, pour qu'elle ne puisse pas se raccrocher à l'idée de vengeance. Tout plutôt que de lui imposer ça. C'est certain, maintenant. Je n'y survivrai pas.

Tout au plus quelques semaines, a dit le docteur.

Un cancer.

Je regarde la foule qui passe.

Il fait froid ce matin.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square