Rechercher

Mourir d'amour n'est pas aussi beau qu'on se l'imagine, de Louise Casenove - Autobiographie



« Louise, tu ne pouvais pas mettre de l’eau dans ton vin ?» a dit mon père, à Pâques. « Louise, à force de chercher le prince charmant, tu vas finir toute seule. C’est ce que tu veux ? Finir toute seule ? » a rajouté ma sœur. Je les ai détestés de me reprocher cette rupture avec Charlie. Ce célibat qu’ils ne supportent plus. Comme si c’était une maladie. Comme si c’était de ma faute. Je les ai détestés, parce qu’au fond de moi je commence à penser qu’ils ont raison. Depuis que je suis tombée sur ce livre, sur nos lettres, je ne pense plus qu’à ça. Et si tout était de ma faute ?


Après avoir quitté Charlie, Louise décide de redonner vie à un vieux manuscrit, écrit dix ans plus tôt quand elle habitait Bucarest. Elle essaie alors de comprendre pourquoi elle n'arrive plus à s'engager, à s'accrocher, à aimer. Sa meilleure amie en découvre le prologue, en même temps que le lecteur. Mourir d'amour se met en place, alternant discussions, moments intimes et extrait du manuscrit original.


Lien vers la page du livre


Mon avis :


Pleurer ou rire ? Nul besoin de choisir !

Je viens d'avoir la chance de lire la nouvelle version corrigée de ce manuscrit, et je ne redescends plus. C'est tout simplement un chef d'œuvre !


Écrit avec intelligence et goût, avec sensibilité et force, c'est un roman original qui n'aborde pas ce thème éculé de l'amour sans y ajouter un grain de modernité et de poésie qu'on savoure avec délice !


La structure en puzzle non chronologique permet de susciter la curiosité tout en s'enfonçant couche après couche dans cette histoire riche aux personnages bien campés et émouvants. La multiplicité des points de vue amenés par les mails n'en vient que plus pleinement satisfaire nos envies d'en savoir plus tout en questionnant la franchise et l'automystification à l'œuvre dans une autobiographie. On aime, on hait, on rit, on pleure avec Louise, mais jamais on ne lui lâche la main, d'un bout à l'autre de cette épopée moderne.


Si Louise était un héros, ce serait un mélange d'Ulysse et de Pénélope, parce qu'elle mettra longtemps à arriver à bon port, mais elle ne faiblira jamais malgré sa souffrance, car elle a envie de bonheur, cette petite, et son énergie nous emporte dans sa joie de vivre !


Homme, femme, pour peu que vous soyez nanti(e) d'un cœur, vous adorerez !


Amateurs ou amatrices de romances ou d'autobiographies comme de cette littérature moderne qui brave le cloisonnement des genres pour proposer des histoires qui laissent des traces et jamais ne lassent, plongez sans hésiter dans ces pages de grande littérature : la Louise a beau écumer la finance, elle ne compte pas les références littéraires ni le brio poétique !

En un mot : foncez !

Vous êtes encore là ? Mais foncez, vous dis-je !