Rechercher

Bikini Ghost - Tome1 - Lux in Tenebris, de Bertrand Peillard - Fiction fantastique

Mis à jour : sept. 27



Et si mourir n'était pas une fin, mais offrait un moyen de parvenir à ses fins ? Manon avait tout pour plaire et réussir, et elle a réussi à déplaire. Et la voilà morte. Dur à avaler quand on a 17 ans et un QI très au-dessus de la moyenne : quelqu'un va devoir payer pour ce gâchis !

Texte d'accroche officiel :

     Cet après-midi, je suis morte en dégringolant les escaliers de mon immeuble.      Nous pourrions conclure que cette tragédie est le résultat de ces événements imprévisibles qui ponctuent l’existence humaine et non moins une forme d’incompatibilité d’humeur entre mes cervicales et le béton. Un accident banal et stupide en somme.       Rien de grave dans l’absolu, excepté que tirer sa révérence à dix-sept ans, c’est un peu trop jeune à mon goût. Si on ajoute à cela une main assassine qui a précipité ma chute, cela fait beaucoup trop pour accepter semblable karma.       Avouez qu’il y a de quoi avoir les chakras en torsion et la pulpe du cervelet dans le rouge. Ça va barder sérieux dans le monde des vivants.

Commander le livre

Mon avis : Original, le récit de ce fantôme en bikini nous offre dans un style entraînant et pointu une enquête palpitante et surprenante outre-mort, pour le meilleur et pour le rire ! A lire sans hésitation !

Découvrez le bonus promotionnel La Plume Amie :



Bertrand Peillard et son zoo intérieur

— Sors donc de l’ombre, ma fille. Qu’est-ce qu’un fantôme en bikini vient faire dans cette Sanisette publique ? — Bonjour, monsieur. Je cherche mon assassin. Est-ce que c’est vous ? — Non, mon enfant. Je suis Jésus, le fils de Dieu. Demande plutôt à Icare. Peut-être l’a-t-il vu ? — Qui est Icare ? — C’est lui, sur le toit du MUMA, en imperméable jaune. — Que fait-il ? — Voyons, c’est évident : il apprend à voler ! — Jésus ! Arrête de barber Mademoiselle avec tes délires labyrinthiques ! Bonjour, Mademoiselle. Inspecteur Columbo, pour vous servir. Je vous ai entendue parler d’un homicide : qui est la victime ? — Moi, monsieur l’inspecteur. — Le mobile ? — Ma perfection, sans équivoque possible. — Seul mon Père est parfait, ma fille. — Tais-toi, Jésus ! On parle du difficile art d’ôter la vie ! La perfection, je connais ! — Et on peut savoir en qualité de quoi vous vous permettez d’interférer avec mon enquête, monsieur… — Appelez-moi simplement Maître de la Mort. J’aime la mort et la dispensais généreusement de mon vivant. Mais je n’ai pas eu le plaisir de tuer cette ravissante et spectrale jeune fille... — Cessez donc de perdre votre temps en vains bavardages, tous les quatre ! On s’ennuie, ici ! Place à l’action ! Voyez ce revolver que je tiens : il ne contient qu’une seule balle. Je propose qu’elle identifie parmi nous le meurtrier, qu’elle le juge, le condamne et l’exécute dans la foulée et qu’on passe à table ! Je connais un vieillard bien conservé qui a préparé un repas de réveillon à tomber raide mort ! — Je vole ! — Il vole ? — Non, il tombe… — Je vole ! — Il bat fort des bras, tout de même… Peut-être que… — Non, il va percuter la tour… — Je v… — Bertrand Peillard, n’avez-vous pas honte de jouer ainsi avec les créatures de mon Père ? — Bien sûr que non ! Vous m’appartenez toutes et je fais de vous ce que je veux, mais pour le plaisir de mes lecteurs et le mien, évidemment !


Jonathan De Loeuw

0 vue

Soyez les premiers informés :

inscrivez-vous à la newsletter !