Article 8

Booktrailers : jouez avec les multimédias !

 

Que ce soit pour explorer les potentialités des technologies et repousser ses propres horizons créatifs ou créer une publicité dynamique pour son œuvre, il peut être utile de savoir créer un son ou une vidéo. Présentation de quelques bases...

 

ATTENTION !

 

Quel que soit votre objectif, rappelez-vous que toute création appartient à son auteur. Vous devrez donc, en cas d'emprunt, vous assurer de citer vos sources et d'avoir le droit d'en faire ce que vous voulez.

 

De nombreux graphistes et artistes sont également disponibles pour des collaborations à des prix variés. Renseignez-vous !

 

Modalités de recherche d'image et de vérification des droits d'utilisation sur Google Images :

Retrouver la source d'une image :

I. Montage vidéo

 

Commençons par le plus simple : vous avez des images, des sons, et vous souhaitez les combiner en ajoutant quelques éléments de texte ? Il existe des dizaines de logiciels payants et gratuits. Ce qui varie, le plus souvent, c'est la complexité des effets possibles.

 

Je vous propose de découvrir un logiciel simple, gratuit et basique. Pas de quoi faire des folies cinématographiques, mais de petits montages simples que vous saurez gérer rapidement avec un peu de pratique : Windows Movie Maker.

 

Il s'agit d'un logiciel originellement fourni avec les machines exploitées par le système Windows, mais comme tous les logiciels de la marque, on est passé au tout payant dans les dernières versions. Je vous recommande donc d'utiliser la dernière version gratuite disponible dans le pack Windows Essential 2011 comprenant notamment Windows Live Gallery qui permet des retouches faciles et pas mal des photos et le fameux logiciel vidéo Windows Movie Maker. Attention, un logiciel plus ancien et moins stable, Movie Maker, aussi édité par Windows, peut vous induire en erreur. Il s'agit bien de la version 2011. Me contacter en cas de question.

 

Windows Movie Maker se présente comme les logiciels de bureautique avec un espace de travail en pleine page et des onglets en haut. L'espace de travail comprend un aperçu de la vidéo créée à gauche et un sommaire des images de la vidéo à droite. On peut paramétrer la taille d'affichage de ces deux parties en déplaçant la ligne verticale séparatrice.

 

Le premier onglet, l'onglet "Fichier", permet comme dans tout logiciel bureautique d'enregistrer votre projet sous différents formats. RAPPEL : on sauvegarde toujours son travail au fur et à mesure pour éviter le désespoir en cas de plantage de la machine. Une sauvegarde efficace se fait sur plusieurs moyens : mémoire de l'ordinateur, mémoire morte d'une clef USB ou d'un disque dur externe, envoi mail ou cloud.

 

Important et pratique : que ce soit une image, une vidéo, un son ou un élément texte, il vous suffit de cliquer dans le volet de droite sur l'élément avec lequel vous voulez interagir pour accéder aux fonctionnalités de cet élément. Astuce : vous pouvez utiliser l'outil zoom en bas du volet de droite pour prendre du recul ou vous rapprocher des médias, et ainsi améliorer votre facilité à déplacer des objets dans le projet.

 

 

Les onglets utiles

 

 

Etape 1 – Menu d’accueil : Importer des contenus dans son projet et sauvegarder.

 

Sur cette page, vous avez accès aux fonctions principales qui permettent d’introduire des éléments pour faire votre vidéo (4). Pensez à sauvegarder régulièrement votre travail pour éviter les pertes (1).

Le logiciel se présente en 3 parties : le bandeau supérieur avec les menus et onglets où trouver toutes les options, l’aperçu de la vidéo en bas à gauche dans lequel on peut prévisualiser l’état de la vidéo et, surtout, la partie droite où sont placés tous les éléments insérés, qui y sont cliquables et déplaçables.

Remarque : vous pouvez sauver votre création de deux façons : en sauvegardant le projet afin de pouvoir continuer à le modifier (1) ou en exportant la vidéo finale que vous ne pourrez plus modifier (2).

 

Astuce : tant que la vidéo n'est pas exportée, le projet est une compilation de différents médias hébergés sur votre machine. Ainsi, si vous déplacez votre média sur votre appareil après l'avoir inséré dans le projet, le logiciel le perd de vue puisque le lien a changé. Je vous recommande donc de conserver médias et sauvegardes de travail dans le même dossier. Rassurez-vous cependant : le média "perdu" demeure en place dans le projet, et il suffit d'indiquer au logiciel son nouvel emplacement pour qu'il le restaure avec vos réglages.

 

Etape 2 – Menu animations : créer des effets de transition.

 

Lorsque vous avez importé des images, des vidéos, vous pouvez choisir dans les Transitions à gauche des effets de transition à la disparition d’une image et à l’apparition de la suivante et, à droite, des effets de zoom et de mouvement qui permettent à l’image ou à la vidéo ainsi manipulée de se déplacer à l’écran pour créer des effets dynamiques.

Je vous recommande cependant de ne pas multiplier les effets ni trop les répéter, sous peine d'un rendu brouillon et amateur. On pourra notamment choisir les effets et transitions en fonction du sens du raccord (direction, mais aussi signification).

Etape 3 – Menu Effets visuels : créer des effets de filtres.

 

Lorsque vous avez importé des images, des vidéos, vous pouvez choisir parmi des effets vidéos pour modifier la netteté, les couleurs, la luminosité.

J'avoue avoir une nette préférence pour les fondus au noir en départ et arrivée, sobres et simples, mais un fondu flou entre deux images peut aussi faciliter un raccord.

Etape 4 – Menu Outils vidéo : modifier la vidéo.

 

Lorsque vous avez importé des images, des vidéos, vous pouvez les modifier.

De gauche à droite, vous pouvez modifier le volume de la vidéo, faire commencer ou s’achever le son progressivement, modifier la couleur de l’arrière-plan, choisir la durée d’exposition de l’image et la vitesse de défilement de la vidéo, fractionner une vidéo en plusieurs morceaux indépendants et découper une vidéo pour n’en garder qu’une partie.

Etape 5 – Menu Outils audio : modifier la bande son.

 

Lorsque vous avez importé un son, une musique, vous pouvez les modifier.

De gauche à droite, vous pouvez modifier le volume du son, faire commencer ou s’achever le son progressivement, fractionner le son en plusieurs morceaux indépendants et choisir le début et la fin du morceau.

Etape 6 – Menu Outils texte : modifier le texte.

 

Lorsque vous avez inséré une légende texte, vous pouvez la modifier.

De gauche à droite, vous pouvez copier-coller un texte, modifier la police, mettre en forme le texte, choisir la durée d’exposition du texte et choisir un effet d’affichage du texte.

Dans tous les cas, c'est la pratique qui compte : testez, et vous améliorerez le rendu. Gardez en tête qu'il vaut mieux faire quelque chose de simple, propre et efficace, que quelque chose de compliqué, approximatif et illisible. L'intelligence dans la création de votre vidéo compte davantage que les capacités du logiciel.

 

 

Petits exemples sans prétention de montages vidéos que j'ai réalisés :

 

Une Bouteille en enfer,

petit objet multimédia et militant

Je pars,

petit bricolage d'adieux à des collègues avec superposition d'images, d'une mélodie et d'un chant

II. Montage audio

 

 

Comme précédemment, il existe tout un tas de logiciels gratuits ou payants. Je me concentrerai sur Audacity, plutôt complet et gratuit. Me contacter en cas de questions.

 

Lien pour accéder au tutoriel simplifié pour une prise en main rapide.

 

Lien pour accéder au tutoriel complet pour une prise en main experte.

 

 

CRÉER SON BOOKTRAILER

Pour créer un objet sonore, on peut enregistrer ses propres sons à l’aide d’un micro et/ou bien utiliser des sons déjà existants récupérés sur différents supports, dont Internet : voix, musique, bruitage… Audacity est un logiciel qui permettra ensuite de mélanger et organiser ces sons pour obtenir un objet sonore riche et abouti !

1/ Pour créer un booktrailer, il faut bien évidemment avoir lu le livre dont on souhaite parler pour mettre en avant les aspects qui le présenteront sous son meilleur jour (titre, genre, auteur, bien sûr, mais aussi éléments de l’intrigue en cultivant le suspense, portraits des personnages pour les rendre attachants ou énigmatiques, quelques citations pour donner envie de lire la suite ou faire entendre le style original d’un narrateur…). Une fois ce texte satisfaisant, on en fait une lecture expressive et dynamique que l’on adresse aux auditeurs pour leur communiquer notre enthousiasme et leur donner envie de lire le livre dont il est question.

 

 

Ecouter un exemple de lecture expressive avec mon Dernier message :

 

On importe ensuite cet enregistrement dans le logiciel Audacity grâce à la commande « Importer » dans le menu « Fichier » (vous pouvez aussi l'enregistrer directement depuis le logiciel en cliquant sur le bouton rouge d'enregistrement). On pourra alors générer des silences, supprimer des bruits (menu « Générer »), modifier la voix au travers des différents effets (menu « Effet »). Pour sélectionner une partie d’une bande sonore, procéder avec la souris sur la piste concernée comme on le ferait pour sélectionner du texte.

N.B. : on peut zoomer ou reculer sur la piste afin de voir de plus près, plus en détail, ou plus largement le son considéré : l'affichage change alors et peut vous déconcerter. Pas de panique : regardez le réglage dans la réglette de taille à gauche de la piste et ajustez.

2/ Dans un second temps, vous devez ajouter un fond sonore pris sur une banque de ressources libre de droit pour illustrer l’ambiance de ce récit. Voici quelques sites que vous pouvez utiliser pour trouver des bruitages ou des mélodies, voire des chansons librement utilisables (vérifiez les droits d'exploitation, bien sûr) :

http://www.musicscreen.be/

http://lasonotheque.org/

http://www.sound-fishing.net/bruitages.html

http://www.universal-soundbank.com/

http://www.soundsnap.com/

http://www.auboutdufil.com/

https://www.jamendo.com/?language=fr

 

N.B. : vous pouvez aussi évidemment contacter des créateurs musicaux qui vous vendront des morceaux originaux qu'ils pourront peut-être ajuster pour vous. Voyez par exemple le site http://www.musique-pour-montage-video.fr, qui propose aussi bien des musiques payantes que gratuites.

3/ Enfin, enregistrez votre projet pour pouvoir le modifier ultérieurement (format en .aup) puis exportez votre production pour la rendre lisible par tous (format en .wav, .mp3, par exemple.). Attention, veillez à enregistrer votre projet au fur et à mesure.

 

Quelques explications supplémentaires ici : Utiliser Audacity - Journées académiques du numérique

 

 

Exemples de montages sonores par superposition de pistes sons :

 

L'Appel de la forêt,

bande originale créée par moi pour un court-métrage d'horreur réalisé par des élèves,

et superposant mon chant à une mélodie accompagnée de bruitages.

Le Rivage,

lecture d'un poème sur une mélodie

A vous de jouer !

Soyez les premiers informés :

inscrivez-vous à la newsletter !